Communications avec actes

"Parce que son papa, madame Grégory a fait un civet, un civet avec le papa"
"Parce que son papa, madame Grégory a fait un civet, un civet avec le papa"

Sur les procédures d'apprentissage du lexique : reprise et reformulation en langage oral à l'école maternelle

4e Congrès Mondial de Linguistique Française, Berlin, 19-23 juillet 2014

Pierre PÉROZ, CREM, Université de Lorraine/ESPÉ

A l’école maternelle, les enfants n’ont pas les compétences métalinguistiques qui leur permettraient de convoquer aisément l’image du mot isolé, voire d’imaginer ses contextes d’emplois ou ses différentes acceptions, comme peuvent le faire les apprenants qui sont déjà des lecteurs-scripteurs. De ce fait, les travaux sur l’apprentissage du lexique en contexte scolaire ne portent généralement pas sur la période pré-élémentaire. Comment les élèves apprennent-ils le vocabulaire qu’on leur présente au fil des séances disciplinaires ? Comment apprennent-ils des mots nouveaux, ou comment apprennent-ils les emplois différents des mots qu’ils connaissent déjà ? La communication présente les résultats de l’analyse d’un corpus transcrit d’une analyse d’une quinzaine de séances de langage en grande et en moyenne section. Elle montre que les procédures de reprise ou de reformulation qui sont à l’origine de l’apprentissage du lexique reposent essentiellement sur des mécanismes interactionnels, quel que soit le niveau des élèves. Plus les élèves sont faibles plus, ils ont besoin du matériel verbal déjà présent dans les échanges pour construire leurs propres interventions. Mais, c’est la même procédure que mobilisent les meilleurs élèves, à ceci près qu’ils sont capables aussi dans le même temps de l’appliquer à leur propre intervention. En s’appuyant sur des éléments verbaux déjà donnés et en reformulant des propositions qu’ils ont eux-mêmes construites, ils sont capables d’introduire dans des contextes adaptés des termes nouveaux dans leur intervention. Ce faisant, ils construisent les interventions les plus longues mais aussi qualitativement les plus intéressantes sur le plan lexical. Mais qu’on ne se méprenne pas, pour l’ensemble des élèves, c’est le développement de leurs compétences langagières, leur capacité à interagir avec les autres, qui est toujours le moteur des procédures de réemploi des termes au cours de la séance.

The Understanding of School Life thanks to the Evaluation of the CPE’s Role in School Management
The Understanding of School Life thanks to the Evaluation of the CPE’s Role in School Management

Actes du 2e Congrès international des sciences de l'éducation et du développement, Granada, 25-26-27 juin 2014

 

Véronique BARTHELEMY

Maitre de conférences en sciences de l’éducation,

Aix-Marseille Université, EA 4671

Université de Lorraine

 

The French school administration can be qualified as specific if we consider the actors involved in the management. Indeed, if the headmaster is in charge of the high school governance, he is helped by a school advisor (“Conseiller Principal d’Education”, CPE) to manage school life and principally the administrative, pedagogic and educational domains. Thanks to the analysis of foreign educational systems and French sociological studies, we aim at understanding the French school life organization through the assessment of the role of the CPE in school management and more particularly, his relationship between heads, teachers and pupils. We suppose that high school environment as well as school actors’ posture may have an influence on the CPE’s function. In fact, a gap is to appear between his official functions and real ones and, the CPE’s conception of this job and the actors’ expectations. Nevertheless, a collegial school life management, based on the organization of pastoral activities, should be considered.

 

http://www.ugr.es/~aepc/IIEDUCACION

 Évaluation des processus de professionnalisation : L’exemple du master Encadrement des Structures Éducatives
Évaluation des processus de professionnalisation : L’exemple du master Encadrement des Structures Éducatives

Actes du 26e colloque de l’ADMEE Europe, Marrakech, 15-16-17 janvier 2014

 

Véronique BARTHELEMY

Maitre de conférences en sciences de l’éducation,

Aix-Marseille Université, EA 4671

Université de Lorraine

 

Le métier de Conseiller Principal d’Education est souvent critiqué (Vanhulle, 2009), et ce à cause d’attentes contradictoires envers cet acteur et de la méconnaissance de ce métier comme profession. Ceci entraine des questionnements autour de l’idée de « professionnel » et des apports de la formation ; ainsi, nous interrogeons la manière de développer des enseignements apportant une reconnaissance des processus de professionnalisation. Après la description des enjeux du master ESE, nous verrons si la formation initiale permet l’articulation entre les savoirs scientifiques de référence, les compétences définies dans les référentiels et les expériences de terrain (Altet et al. 2002). D’après les résultats, les contenus correspondent aux attentes des étudiants et permettent un renforcement du lien avec la pratique. Nous discuterons d’une possible amélioration de la formation autour des nouvelles compétences des CPE dans la refondation de l’école.

 

http://admee2014.ma/index.php/actes